Anxiété sociale

Thomas Tozer

Surmonter l'anxiété sociale grâce à l'amour

J'ai rencontré le bouddhisme kadampa pour la première fois à l'âge de 16 ans. J'étais un adolescent tout mûr et frais, plein d'espoir et d'ambition. Mais à ce moment-là, j'étais aussi à mi-chemin d'un nouveau défi paralysant qui s'était progressivement insinué en moi et avait commencé à gâcher ma vie : l'anxiété sociale.

Un cercle vicieux

J'avais pris la douloureuse habitude de rougir sans raison lorsque je rencontrais des gens, que je leur parlais ou que l'on me souriait. Cela a commencé vers l'âge de 12 ans, et lorsque cela se produisait, les sentiments de gêne et d'embarras étaient intensément douloureux - du genre "s'il te plaît, terre, ouvre-toi et avale-moi maintenant", plusieurs fois par jour. Mais derrière tout cela, un cycle plus important était en jeu. L'anxiété liée à l'anticipation d'un rougissement provoquait elle-même un rougissement, entraînant un cercle vicieux auto-alimenté d'anxiété et de rougissement. Sans que je m'en rende compte, l'anxiété - qui était à la fois la cause principale et le pire symptôme de toute l'affaire - était devenue dévorante. Je me réveillais avec cette angoisse. Je passais la journée avec elle. Je me couchais avec. Et puis je me réveillais à nouveau avec, victime impuissante de toute cette histoire. Plus je m'inquiétais, plus je me disais que je voulais que ça s'arrête, plus c'était grave. Je me demandais comment je pourrais réaliser mes rêves, trouver une petite amie ou même profiter de la vie si j'étais anxieux et si je rougissais tout le temps. C'était une question triste et douloureuse.

J'ai essayé plusieurs méthodes pour résoudre le problème. Certaines d'entre elles étaient intéressantes, d'autres très coûteuses, et d'autres encore ont aggravé la situation - Google en particulier. Mais aucune d'entre elles n'a fonctionné. Avant même de m'en rendre compte, je me suis fortement identifié comme une personne souffrant de cette anxiété et de ses conséquences. Et cette forte identification, je l'ai appris plus tard grâce au bouddhisme, n'a fait qu'empirer les choses.

AdobeStock_429421963

Une révélation !

Puis, à l'âge de 16 ans, j'ai rencontré vénérable Guéshé Kelsang Gyatso (Guéshé-la). Mon frère jumeau et moi avons assisté au dernier Festival de printemps de Guéshé-la en 2009, et Guéshé-la enseignait l'esprit d'amour. Guéshé-la a expliqué que l'esprit d'amour qui chérit est l'opposé de ce que Bouddha a appelé "la préoccupation de soi". Tout d'abord, avec la préoccupation de soi, nous nous agrippons fortement à un soi réel et indépendant - c'est ce que l'on appelle la "saisie d'un soi". Ensuite, nous chérissons ce moi et ses sentiments comme étant extrêmement précieux et importants, tout en négligeant les autres et leurs sentiments - c'est ce que l'on appelle la "préoccupation de soi". Mais grâce à l'entraînement, poursuivit Guéshé-la, il est possible de réduire et finalement de surmonter complètement cet esprit et de le remplacer, progressivement, par un amour désintéressé et bienveillant pour les autres.

La préoccupation de soi et la saisi d'un soi - "Wow, c'est ce que j'ai !", ai-je pensé, complètement abasourdi par le fait que je n'avais pas la moindre idée de ce qui se passait. Je me suis dit, complètement abasourdi que le problème avec lequel je souffrais depuis des années et que je n'avais pas réussi à comprendre ou à résoudre soit soudainement expliqué - parfaitement, succinctement et avec une clarté totale. Et c'est de là que vient toute cette souffrance douloureuse !

J'ai réalisé que mon anxiété, et tout le cycle de cette anxiété et de ce rougissement, étaient fondés sur une forte préoccupation pour moi-même : ce que les autres pensent de MOI, ce que je ressens (et non les autres), et l'effet que tout cela avait sur MA vie. C'était de la préoccupation de soi pur et simple - chaque aspect de mon anxiété était centré sur MOI et MES sentiments, tout en négligeant les autres et leurs sentiments. Et lorsque je rougissais, mon sentiment d'un soi indépendant pouvait remplir une pièce - la saisie d'un soi à l'état pur ! Si je cessais de m'accrocher à moi-même et si je me concentrais sur les autres et leurs sentiments plutôt que sur moi et les miens, l'anxiété n'aurait plus de raison d'être. Il n'y aurait pas non plus de raison de rougir ; et même si je rougissais, quelle importance ? Si je me concentrais uniquement sur les autres et leurs sentiments, cela ne me dérangerait pas du tout. C'est ainsi que, pour la première fois, j'ai pu voir la lumière au bout du tunnel - et j'ai compris comment y parvenir.

AdobeStock_434230470

Briser le cycle

Le sentiment d’espoir et de soulagement que j’ai ressenti en comprenant, pour la première fois, ce qui causait réellement ma souffrance et comment je pouvais la surmonter, était extraordinaire. Je voyais comment m'en sortir  ! J'étais si heureux. Et j’ai ressenti une profonde reconnaissance envers Vénérable Guéshé-la pour ses enseignements incroyables et éclairants, qui me révélaient ce chemin libérateur.

À partir de ce moment-là, je me suis beaucoup intéressé aux instructions de Bouddha pour surmonter la saisie de soi, et en particulier pour contrôler la préoccupation de soi et apprendre à chérir les autres. J'ai commencé à étudier les Huit étapes vers le bonheur de Guéshé Kelsang Gyatso dans le cadre du programme de fondation de mon centre de méditation local, et j'ai appris des techniques pour contrôler la préoccupation de soi dans la vie quotidienne. Ma souffrance est devenue une source d’inspiration profonde et persistante. Je pouvais voir si clairement que la préoccupation de soi et la saisie d'un soi étaient la source de terribles souffrances, parce que j'en avais une expérience si régulière et si vivante - il était clair que tout le cycle de souffrance que j'avais traversé était le résultat de ces deux esprits négatifs. Et voyant cela, je suis devenu déterminé à les surmonter et à apprendre à chérir les autres. Même en allant à l'école à vélo le matin, je réfléchissais à la façon dont je pourrais développer l'esprit qui chérit les autres. Et lorsque le rougissement ou l’anxiété sociale apparaissaient, je m’efforçais de mettre en pratique les méthodes spéciales de Bouddha pour empêcher le développement d’une forte préoccupation de soi. En même temps, j'essayais, au lieu de penser à moi-même et à mes sentiments, de me concentrer sur les autres et sur ce qu'ils ressentaient - en reconnaissant que je n'étais qu'une seule personne et que les sentiments désagréables temporaires d'une seule personne ne sont vraiment pas si importants. L'effet était magique.

AdobeStock_429447879

Gagner en confiance

Les aspects les plus grossiers de mon rougissement et de mon problème d'anxiété ont diminué et disparu en l'espace de quelques mois. En l'espace de deux ans, j'étais une personne très différente - j'étais tellement plus heureuse et plus paisible. À un niveau moins grossier, j'étais toujours anxieuse et je rougissais parfois, mais le problème devenait de plus en plus petit et de moins en moins accablant. Et plus je me familiarisais avec les enseignements de Bouddha, plus ma vie devenait confortable. J'ai commencé à développer le pouvoir de dissiper une forte préoccupation de soi et, lorsqu'elle se manifestait, de déplacer mon esprit vers les autres et leurs sentiments. Grâce à cette pratique, j'ai littéralement retrouvé ma vie. La différence était incroyable.

Et pourtant, ce n'était que le début. La préoccupation de soi et la saisi d'un soi sont des habitudes mentales profondes, et bien que j'ai surmonté certaines de leurs manifestations les plus grossières, elles continuent - bien sûr - à surgir et à perturber mon esprit sous diverses formes, tous les jours. Mais en mettant en pratique les instructions de Vénérable Guéshé-la sur l'entraînement de l'esprit, je suis capable de continuer à m'améliorer, chaque jour - d'aimer davantage les autres, de continuer à réduire ma préoccupation de soi et ma saisie d'un soi, et d'augmenter mon pouvoir de rendre les autres heureux. Les enseignements de Vénérable Guéshé-la sont si précieux et je lui suis inexprimablement reconnaissant de me les avoir révélés. Grâce à ses conseils, j'ai surmonté les pires souffrances que j'ai connues dans cette vie, je suis entré dans la voie spirituelle et je suis capable de m'efforcer chaque jour de continuer à grandir et à bénéfique aux autres, continuellement. J'ai beaucoup de chance.

Thomas Tozer fréquente le CMK London