La méditation m'a aidé à me débarrasser d'une anxiété accablante

Nathalie Delaney

Épuisé en permanence

D'aussi loin que je me souvienne, j'ai toujours lutté contre l'anxiété. Ce sentiment m'était si familier que je m'y identifiais : « Je suis une personne anxieuse ». Ce schéma de pensée était devenu une partie nécessaire de la façon dont je traitais les défis auxquels j'étais confrontée dans ma vie. Je pensais que si je contrôlais mon monde extérieur, et si tout était parfait, je serais heureuse.

Souvent, je faisais des blagues sur mes tendances anxieuses pour ne pas avoir à affronter le fait que je me sentais impuissante face à leur emprise. D'une manière ou d'une autre, j'ai réussi à garder la tête hors de l'eau suffisamment longtemps pour que les autres voient à la surface que je savais nager. J'ai maîtrisé l'art de refouler mes sentiments. Avec le recul, je me rends compte que j'étais tout le temps épuisée.

L'inquiétude m'a volé ma capacité à me sentir heureuse

Travailler dans le secteur de la santé pendant une pandémie mondiale m'a fait découvrir un tout nouveau niveau de peur et d'incertitude que je n'étais pas en mesure d'affronter. En plus de cette épidémie mondiale, la crise du logement en Irlande s'aggravait, ce qui augmentait mon inquiétude quant à ma propre sécurité. Je passais le plus clair de mon temps à m'inquiéter de mon avenir et cela m'a rapidement empêché de me sentir heureuse. Je projetais mes peurs sur mes proches, ce qui commençait à avoir un impact négatif sur mes relations intimes.

J'étais dans un état de lutte ou de fuite, devenant de plus en plus méfiante à l'égard des gens et de la façon dont ils me considéraient. Tout était une menace et, où que je regardais, je trouvais des preuves à l'appui de cette perception. Plus je me sentais déconnectée des autres, plus mon monde se rétrécissait. Cette émotion accablante, qui m'était si familière, prenait une nouvelle ampleur. Je me sentais impuissante, comme si je me noyais, mais cette fois, je ne pouvais pas pagayer pour me mettre à l'abri. J'ai commencé à avoir des crises de panique fréquentes. Je me disais souvent : « Cela ne peut pas être la fin de mon existence humaine »; les humains souffrent et ils ne pouvaient rien y faire. J'étais physiquement et émotionnellement fatiguée d'être contrôlée et tirée par des marées extérieures. Je savais que je ne pouvais plus prétendre que je contrôlais la situation, que je ne pouvais pas en rire ou attendre que ceux que j'aimais me sauvent et que je ne pouvais certainement pas attendre que le monde soit parfait pour être heureuse.

Screenshot_20240504_205944_Instagram

Faire l'expérience des bienfaits de la méditation

Jusqu'à cette période de ma vie, je ne m'étais jamais considérée comme spirituelle, mais je sentais au fond de moi que quelque chose manquait dans ma vie, qu'il y avait une autre voie. J'avais entendu des histoires et lu des articles sur les bienfaits de la méditation dans le passé et j'ai décidé de tenter l'expérience. J'ai cherché sur Google des cours de méditation dans ma région et j'ai trouvé un centre de méditation kadampa près de chez moi. J'ai assisté à mon premier cours de méditation en avril 2021 et je me suis immédiatement sentie à l'aise.

J'ai apprécié l'approche détendue de l'enseignant résident lorsqu'il transmettait le dharma (les enseignements de Bouddha) et le fait qu'il n'y avait pas d'attentes à mon égard. Chacun était là pour des raisons personnelles différentes, mais nous avions tous une chose en commun, le désir d'être vraiment heureux, d'instant en instant.
J'ai écouté attentivement le dharma qui était partagé et plusieurs choses ont résonné en moi pendant ce cours. L'enseignant a expliqué que « quel que soit l'endroit où l'on se penche, on finit par atterrir naturellement, il suffit d'inverser doucement le mouvement » et aussi que « vous n'êtes pas “l'anxiété”, c'est un sentiment qui vous est trop familier et auquel vous vous identifiez par conséquent ». Lors de ma première méditation guidée, j'ai senti mon esprit s'apaiser et un sentiment de paix s'installer naturellement. Les choses ont commencé à prendre un sens et les nuages de confusion ont commencé à se dissiper. J'ai réalisé que je m'appuyais sur des tendances à l'anxiété et que c'est là que j'atterrissais à chaque fois. Je me suis dit que si mon esprit pouvait se sentir aussi paisible pendant une courte méditation, alors il ne pouvait pas être intrinsèquement anxieux, et je pouvais commencer à inverser la tendance. À ce moment-là, j'ai senti un changement dans mon état d'esprit. Je me suis sentie motivée et libérée par l'idée que l'anxiété n'était qu'un sentiment temporaire auquel je m'identifiais de manière excessive et que je pouvais apprendre des pratiques qui m'aideraient à réduire son pouvoir et, finalement, à la faire disparaître.

AdobeStock_715612744

Mon esprit est paisible et clair

Lorsque j'ai commencé à pratiquer, je trouvais difficile de faire de simples méditations sur la respiration. Mon esprit était tellement occupé que j'avais du mal à me concentrer pendant de longues périodes. En adoptant une approche douce et détendue, j'ai pratiqué régulièrement et ma pratique de la méditation s'est lentement améliorée. La méditation m'a montré la véritable nature de mon esprit. Qu'il est essentiellement paisible et clair, que les sensations d'anxiété et de peur sont comme des nuages dans le ciel que je peux apprendre à lâcher pour finalement m'en libérer. J'ai commencé à remarquer que cette compétence nouvellement acquise se répercutait dans ma vie quotidienne. Elle a transformé la façon dont je me voyais et dont je voyais les autres, améliorant mes interactions avec ma famille, mes amis, mes collègues et les étrangers. Apprendre à aimer et à apprécier tous les êtres vivants et à être reconnaissant pour cette précieuse vie humaine m'a aidé à me sentir plus proche des autres.

La méditation m'a aidé à commencer à vivre vraiment

Chaque jour, j'apprends à mieux accepter la réalité des choses. Découvrir que le vrai bonheur vient de l'intérieur et qu'il ne dépend pas de facteurs extérieurs a été pour moi une expérience profondément libératrice. Dans l'ensemble, le dharma et la pratique quotidienne de la méditation m'ont aidé à commencer à vivre vraiment. J'apprends à devenir plus présent, et je crois profondément que cette voie peut m'aider à être constamment heureuse et en paix, quoi qu'il arrive dans ma vie.

Bien que ma vie ne soit pas totalement exempte d'émotions négatives, je peux dire avec confiance qu'elles ne me gouvernent plus comme avant. Depuis mon premier cours de méditation, je n'ai pas eu une seule crise de panique et je ne me suis pas sentie comme une « personne anxieuse ». J'ai rejoint le programme de fondation pour approfondir ma compréhension de la pratique bouddhiste kadampa et je peux sincèrement dire que je n'ai jamais regardé en arrière.

Nathalie fréquente le Centre de méditation kadampa Dublin
Trouvez un centre Kadampa près de chez vous.

Partagez votre cheminement kadampa

Si vous avez une histoire personnelle à propos de l'impact positif du dharma dans votre vie et que vous aimeriez la partager avec la communauté, n'hésitez pas à nous en faire part. Vous pouvez soumettre votre histoire en envoyant un mail à [email protected]. Nous avons hâte de vous lire et de partager votre cheminement inspirant avec les autres.