Ce que j'ai fait lorsque mon mariage a pris fin

Par Keith Hughs

En octobre 2022, mon mariage venait de se terminer et j'avais des regrets, j'étais confuse et je sentais que j'avais besoin de changer de vie. J'avais un peu tâté du bouddhisme par le passé, juste assez pour savoir que la méditation permettait de relativiser les facteurs de stress de la vie, mais je m'étais engagée dans la méditation de manière égoïste, en méditant juste assez longtemps pour me sentir mieux, puis je retournais à mon habitude de vivre ma vie sans pratique spirituelle.

Se libérer de la solitude - vouloir changer

Je sentais que je devais changer de vie, car vivre comme je l'avais fait ne m'avait conduit qu'à la solitude et à la tristesse. J'ai vu une annonce Meetup pour un centre de méditation kadampa à Tucson, et j'ai décidé que cette fois je m'engagerais pleinement dans une pratique de méditation bouddhiste et que je verrais si les résultats étaient différents.
J'ai donc commencé à assister à des cours de méditation hebdomadaires et j'ai acheté et commencé à lire le livre La Voie Joyeuse de Guéshé Kelsang Gyatso. J'ai également commencé à essayer de développer une pratique méditative quotidienne. Au bout de trois mois environ, j'ai commencé à ressentir moins de frustration dans la circulation, j'ai fait preuve de plus de patience avec les gens de ma vie et, fait intéressant, j'ai perdu presque tout intérêt pour ce que j'appellerais les podcasts sombres et négatifs et les contenus diffusés en continu.

NKT-BLOG-divorce-keith-hughes-1920-AdobeStock_302124329 16.21.36

Changer grâce au pouvoir de la prière

Jusqu'à ce moment-là, environ quatre mois après le début de mes efforts, je ressentais les avantages mentionnés, mais je restais essentiellement égoïste, méditant, priant et lisant des livres bouddhistes pour mon propre bien. C'est alors qu'on m'a diagnostiqué une maladie grave qui nécessitait un traitement approfondi.

J'étais effrayée, mais j'avais alors découvert le pouvoir de la prière, grâce à des pratiques telles que le Bouddha de la médecine et Bouddha Amitayous, et j'ai commencé à essayer de m'engager dans ces prières. Au départ, je pensais à mon propre bien, mais en cours de route, j'ai pris conscience des limites de mon égocentrisme extrême et j'ai commencé à comprendre que la véritable intention de la pratique du dharma, des enseignements de Bouddha, est de libérer tous les êtres vivants du cycle de la souffrance, le samsara, et non pas simplement de se faire du bien à soi-même. À ce moment-là, ma pratique s'est approfondie pour inclure l'effort de chérir les autres.

NKT-BLOG-divorce-keith-hughes-AdobeStock_74898454

Je constate que les bienfaits initiaux d'une patience et d'une bienveillance accrues sont toujours présents et ces résultats m'incitent à faire des efforts pour développer une attitude bienveillante envers les autres et à continuer à développer la compassion et l'équanimité. Certains jours sont plus faciles que d'autres, mais les bénéfices réels et les résultats que j'obtiens m'incitent à continuer.

Keith Hughs