Transformer le cancer grâce à ma pratique

Shelly Tanner

Le cancer est un défi, mais pas un fardeau

En 2014, on m'a diagnostiqué un cancer du sein métastatique de stade 3b. Grâce à mon expérience du dharma - je pratiquais dans mon centre kadampa depuis plus de douze ans à ce moment-là - j'ai pu aborder cette expérience avec un état d'esprit fort et stable, en me disant que ce n'était pas nécessairement une mauvaise chose. Parfois, je me sentais presque comme un "fraudeur du cancer", parce que j'éprouvais tellement de joie à apprendre comment gérer la maladie de la meilleure façon possible. Je me suis présentée chaque jour et j'ai appris ce que c'était que d'accepter cette chose sur laquelle je n'avais aucun contrôle.

Je suis skieuse, et Kadam Morten utilise souvent le ski comme analogie à notre pratique, car pour un skieur expérimenté, une bosse, un bosselé, c'est quelque chose que l'on recherche, le défi que l'on veut relever. C'est donc avec cette mentalité de skieur que j'ai abordé ce voyage contre le cancer : ce sentiment de "N'est-ce pas ce pour quoi tu t'es entraînée ?". C'était comme l'expérience sur le terrain des grandes choses dont nous parlons dans le dharma. La maladie. La possibilité de mourir. Cela a vraiment fait monter la pression, et j'ai dû accepter à chaque instant ce qui se passait.

skiing over challenging terrain

Dissoudre la peur de l'avenir

J'ai commencé à réaliser que la plupart des choses qui nous inquiètent ne se sont pas réellement produites. Ce ne sont que des pensées dans notre esprit. C'est comme Mark Twain qui a dit : "J'ai subi beaucoup de catastrophes dans ma vie. La plupart d'entre elles ne se sont jamais produites." Alors, où pouvez-vous être en paix ? Dans la clarté de votre propre esprit, dans la liberté et la flexibilité du moment présent. Nous parlons de "vivre dans l'instant présent", mais le cancer m'a donné cette véritable opportunité - cette connaissance que si vous vivez vraiment dans l'instant présent, vous n'éprouverez pas la souffrance de choses qui ne se sont pas produites. Et cela a fonctionné. Cela a totalement fonctionné. Aujourd'hui, je n'ai plus aucun signe de récidive de la maladie depuis plusieurs années, et je ne passe plus du tout de temps à m'inquiéter.

D'une certaine manière, trouver une approche positive pour faire face au cancer, c'est comme apprendre à faire une méditation sur la respiration. C'est la même chose. Lorsque vous pratiquez la méditation sur le souffle, vous commencez à réaliser que si je peux maintenir mon esprit sur la sensation de la respiration pendant un moment, je peux le faire pendant cinq ou dix minutes. La paix commence à s'installer et vous savez qu'il est possible d'être meilleur que vous ne l'êtes aujourd'hui. Vous pouvez reconnaître ce potentiel et acquérir cette confiance dans votre propre expérience. J'ai donc pu entrer dans quelque chose de beaucoup plus intense que l'esprit minable que j'avais ce matin lorsque j'ai fait ma méditation sur le souffle - en pensant à ce qui allait se passer à l'hôpital aujourd'hui - et j'ai commencé à avoir cette confiance, à savoir que je pouvais ramener mon esprit à la paix, à la paix, à mon cœur. Je suis revenue à la clarté de mon propre esprit.

Shelly Tanner

Shelly fréquente le Centre de méditation kadampa New York City
Trouvez un centre kadampa près de chez vous.

Share Your Dharma Journey

If you have a personal story about the positive impact of Dharma in your life and would like to share it with the community, please feel free to reach out to us. You can submit your story by emailing it to [email protected]. We look forward to hearing from you and sharing your inspiring journey with others.